oreille
surdite
plongee
divers
manif

Otites aiguës
Secondaires à l’infection de l’oreille moyenne par un germe, elles associent otalgie, éventuellement otorrhée et surdité. Le diagnostic repose sur la tympanoscopie et la prise en charge, médicale, sur l’antibiothérapie associée aux anti-inflammatoires. Il convient de distinguer une entité particulière, les poussées de réchauffement sur otite chronique simple, particulièrement fréquentes chez l’enfant, souvent appelées otites à répétitions.

L'Otite chronique et le cholestéatome (ou otite chronique dangereuse, otite chronique simple)
L’origine initiale de l’atteinte, muqueuse ou épidermique, détermine deux tableaux cliniques très différents, l’otite chronique et le cholestéatome, ou otite chronique dangereuse, otite chronique simple.

L'Otite chronique simple
Il s’agit d’une pathologie muqueuse, de l’axe respiratoire, en rapport avec un défaut d’aération des cavités de l’oreille moyenne par la trompe auditive. Le tableau initial typique est représenté par l’otite séro-muqueuse, dont le caractère chronique induit un certain nombre de conséquences ou de séquelles, comme les perforations tympaniques, les destructions ossiculaires et la tympanosclérose. Le diagnostic des formes simples ou des séquelles repose sur la tympanoscopie secondée par l’audiométrie pour quantifier la perte auditive. Le traitement, médical au stade initial, est souvent chirurgical au stade de séquelles.
Voir extrait de vidéo
plus

Le Cholestéatome
Il s’agit d’une pathologie de l’axe épidermique. L’épiderme du fond du conduit auditif externe et de la membrane tympanique pénètre et envahie les cavités de l’oreille moyenne. Cet épiderme possède un potentiel agressif et destructeur qui a participé à la dénomination d’otite chronique dangereuse. Le diagnostic repose aussi sur la tympanoscopie, le retentissement auditif étant évalué par l’audiométrie et l’extension de l’invasion épidermique étant évaluée par le scanner. La prise en charge repose exclusivement sur la chirurgie pour éradiquer les lésions épidermiques présentes au sein des cavités de l’oreille moyenne et pour prévenir la récidive du processus d’invasion épidermique. Le cholestéatome une fois traité chirurgicalement nécessite une surveillance tympanoscopique, audiométrique et scannographique régulière.
plu

Mentions Légales
Dernière Mise à Jour le 18-05-2012